Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 02:37

GALERIE PHOTOS.................

A la mi-Mai l’automne est doux à Nelson, le marché du samedi matin animé:

 

On the road again...
On the road again...

Nous avons désarmé Kauana en prévision de son hivernage et devons porter les voiles à réviser chez North Sails à Picton. Nous voici repartis sur les routes!

Pluie et brouillard dans le Marlborough Sound.

On the road again...
On the road again...

Picton, c’est ici qu’arrive le ferry pour aller vers l’ile du Nord:

On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...

Cinq heures de traversée, on débarque à Wellington.

On the road again...

Capitale de la Nouvelle- Zélande, la ville s’étend sur un relief chaotique : autour du port, des collines et des vallées, on grimpe des escaliers jusqu’à l’université, on redescend à travers un jardin botanique…

On the road again...
On the road again...

Ici un Cisco a fait une fresque murale pour la fête des Pères!

On the road again...

Visite du beau musée Te Papa, culture Maorie, activité volcanique et séismes, les spécificités de la Nouvelle Zélande y sont bien représentées. On peut voir cette énorme jade:

On the road again...

ainsi qu’un calamar géant conservé dans un bain de formol…

 

La côte Ouest de l’ile du Nord, la route des surfeurs, plages de sable noir.

On the road again...
On the road again...

Nouvelle dépression, il se met à faire froid et mauvais temps, on pense à nos amis Jérome et Sara qui naviguent vers le Nord en ce moment…

 

Un méandre du Whanganui, le fleuve qui fait couler beaucoup d’encre en ce moment.

On the road again...

En effet le Parlement de la Nouvelle-Zélande vient de voter une loi accordant une personnalité juridique à Te Awa Tupua, le nom Maori de la Whanganui River. Le fleuve a désormais des droits et des devoirs comme une personne. Ce vote met fin à un litige de 150 ans, il reconnaît « la connexion profondément spirituelle entre l’iwi ( la tribu) whanganui et son fleuve ancestral » a déclaré le ministre de la justice. La tribu en est le gardien, chargée de protéger cette force vitale toujours vénérée dans les cultures océaniennes. Un grand pas dans l’affirmation de l’identité néo-zélandaise qui se détache ainsi du modèle législatif britannique…

A Hawera, « château » Whareroa, une des plus grandes usines laitières du monde, capable de traiter quatorze millions de litres de lait par jour. Toutes les six heures il en sort cinq wagons de produits laitiers, pour moitié du lait en poudre destiné au marché asiatique…Dix mille fermiers adhèrent à la coopérative Fonterra, géant de l'économie laitière.

On the road again...

On aura l’occasion de bavarder avec des agriculteurs qui s’inquiètent de l’abandon progressif de l’élevage du mouton au profit des vaches, activité plus polluante, les prairies à vache réclamant de l’arrosage et des engrais.

En passant au large de cette côte on pouvait apercevoir le Taranaki, volcan au cône aussi parfait que le Mont Fuji (le film « Le dernier Samourai » y a été tourné. Trop de nuages, nous ne le voyons pas.

Dans ce plat pays voué à l’élevage bovin les villages cherchent à mettre un peu de couleurs dans leur quotidien:

Opunake, une rue principale qui s’étire entre des fresques murales chargées de rêves :

On the road again...
On the road again...
On the road again...

On quitte la route du surf pour prendre la route des oubliés, « Forgotten world highway », vers l’intérieur de l’ile.

Ce pourrait être la route du hobbit en Terre du Milieu. Gorges, vallées verdoyantes, ponts, tunnels…

On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...

Près de Taupo, nous partons pour une belle randonnée dans le Tongariro.

Il a neigé, cette excursion la plus connue de Nouvelle Zélande, le Tongariro Crossing Alpine, est d’abord inaccessible. Puis la route est ouverte, nous ferons une journée de marche dans la neige et les pierres volcaniques sur les pentes du Mont Ngauruhoe, quasiment seuls.

On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...

Terres noires et arides, c’est le désert de Rangipo, la Porte Noire de Mordor, dans le film Le Seigneur des Anneaux.

On the road again...
On the road again...

Le ciel bleu et la neige font un peu station de sports d’hiver; c’est pourtant ici, dans ce décor grandiose qu’ont été tournées plusieurs scènes du film.

On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...

Arrivés au col, on pourrait grimper vers le cratère du Mont Doom où Sauron le Seigneur des Ténèbres forge les anneaux de pouvoir, ou redescendre vers la route de Taupo où normalement des navettes ramènent les excursionnistes à leur point de départ?

On the road again...
On the road again...

Mais un vent glacial nous cueille, on ne voit plus le chemin, on croise un japonais mieux équipé qu’en catalogue, avec piolets, crampons etc…, il a fait demi tour, le passage par ce versant plus exposé est verglacé et impraticable.

Nous restons un moment au col, à contempler Mordor égayé par la neige.

La légende dit qu’arrivés ici les navigateurs polynésiens venus peupler cette nouvelle terre maori ont été saisis par le même vent froid. Ils ont alors invoqué l’île de leurs ancêtres, Hawaiki, qui leur a envoyé la chaleur. Ce sont ces monstres sous-marins porteurs de feu qu’on voit surgir sous formes de geysers et fumerolles dans cette partie de l’ile.

Des nuages noirs montent, ils s’engouffrent dans la vallée, enveloppent le volcan, Sauron le Seigneur des Ténèbres a gagné sur la carte postale!

On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...

On oublie le lac bleu et le cratère rouge que nous promettaient les dépliants touristiques, on rebrousse chemin en noir et blanc…

On the road again...

Les nuages passent, un coucher de soleil rougeoyant éclaire le paysage

On the road again...
On the road again...

Pour la petite histoire le cratère du Mont Ngauruhoe, Mont Doom ou Montagne du Destin dans lequel Frodon doit jeter l’anneau maléfique, ne crache pas de feu. Lave et flammes rouges ont été rajoutées numériquement dans le film de Peter Jackson.

Grand soleil à nouveau, nous explorons une autre face de du Tongariro, via Ohakune, autres lieux de tournage du Hobbit et du Seigneur des anneaux.

On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...

En grimpant on aperçoit enfin le Mont Tanaraki dans le lointain:

On the road again...

Entre Taupo et la côte Est la région regorge de sites géothermiques.

Le site d’Orakei n’est peut-être pas le plus spectaculaire mais on s’y promène tranquillement, au contact des monstres sous-marins venus réchauffer les navigateurs polynésiens!

On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...

Cette région a conservé une forte identité culturelle maorie. Rotorua en est le centre.

On the road again...
On the road again...

A Whakatane rencontre avec un groupe de motards maoris: pas besoin de se forcer pour le look! Ils nous expliquent qu’ils rentrent d’un tour de l’île du Sud et organisent une vente de tee-shirts pour récolter des fonds pour une communauté maorie sinistrée lors du dernier cyclone.

On the road again...

Après un tour vers Tauranga et les plages qui bordent Bay of Plenty nous allons vers Gisborne, Hawke Bay : une région agricole, réputée pour ses vignobles d’origine française ( merlot, chardonnay, cabernet, sauvignon …) et les plantations de kiwis.

On the road again...

Promenade autour d’un lac miroir :

On the road again...
On the road again...
On the road again...
On the road again...

Dernière étape dans cette région qui n’est pas la plus belle que nous ayons vue: la ville de Napier.

Presqu’entièrement détruite par un tremblement de terre en en 1931 elle a été reconstruite dans un style Art Déco…

On the road again...
On the road again...

Retour vers Wellington et embarquement pour l’ile du Sud…

10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 01:37

Laissant Kauana à la marina de Nelson nous sommes rentrés quelques jours à Tahiti. Nous avons squatté la bateau de Kti, les kayaks de Philippe, les eaux tièdes du lagon et les fauteuils de La Casa, ce fut bien agréable, merci les amis pour tous ces bons moments!

Merveille des merveilles, nous avons retrouvé Humberto, El Hollandès Errante, rencontré sur son petit bateau aux Fiji il y a deux ans. Il est là au mouillage du Beachcomber, sur un grand catamaran…avec sa Maman! Humberto nous disait bien que "My Mom" voulait absolument naviguer avec lui. Elle l’avait même chargé de trouver un voilier un peu plus grand. Chose faite, "My Mom" l’a rejoint à Curaçao, ils ont navigué quarante six jours pour arriver aux Marquises. « Je connais tout de la guerre de 40 » nous dit Humberto. Radieuse "My Mom" semble au paradis. Elle tricote pour les enfants de Fulaga, leur prochaine destination. Son fils a un peu modifié le bateau, il a ajouté des poignées pour mieux se tenir, des toilettes électriques et un astucieux siège sur palan pour descendre "My Mom" dans l’annexe. Car "My Mom" a 91 ans et quelques difficultés à se déplacer… N'est-ce pas merveilleux?

INTERMEDE TAHITI

Nouvelle moins réjouissante : le cyclone Donna que Rémi suit sur les cartes météo depuis une semaine, vient de frapper les iles Loyauté. Antoine et sa famille sont sains et saufs, leur maison et leur ménagerie aussi. Par contre sur Ouvéa les dégâts semblent importants, on pense à leurs amis de l’ASBO , on attend plus de nouvelles.

16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 06:31

GALERIE PHOTOS              

Roadtrip sur l’ile du Sud…Un phénomène à la mode, trois millions et demi de visiteurs en 2016 pour quatre millions et demi d’habitants, on rencontre plus de touristes comme nous que de locaux. Ce pourrait être pesant mais vues les dimensions du territoire et les infrastructures d’accueil c’est plutôt l’inverse, tout est facilité.

L’ile est sillonnée de routes, tracks, trails, chemins de randonnées à pied, à vélo, en kayak, de trente minutes à huit jours avec terrains de camping, refuges ou chalets confortables, il y en a pour tous les goûts et toutes les aptitudes. C’est toujours très beau.

Quelques images de ce magnifique pays dont des films comme La Leçon de Piano, Le Seigneur des Anneaux, Narnia, Le Hobbit nous ont fait rêver.

Le Nord de la côte Ouest, dite la « wet coast », la côte humide, et ses brumes éternelles :

ROADTRIP

Les palmiers y voisinent avec la Rain Forest aux hêtres moussus, fougères géantes et rivières rougies par la tourbe :

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

La côte de jade, cette pierre verte que les Maoris venaient chercher depuis la côte Est et qu’ils appelaient le  « pounamu ». Les rivières autrefois exploitées par les chercheurs d’or font aujourd’hui les délices des kayakistes

ROADTRIP

Les « pancakes» de Pukaiki, formations calcaires empilées comme des crêpes:

ROADTRIP

Le lac Matheson dont les photographes viennent capter les reflets miroir :

ROADTRIP
ROADTRIP

Les glaciers, Franz Joseph et Fox, qui ne cessent de reculer :

ROADTRIP

Ils sont plus beaux sur les dépliants touristiques !

 

Sur cette côte pas besoin d’arroser, le vert est endémique.

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

Au niveau de Haast on quittte la côte humide pour aborder les «Alpes du Sud», magnifiques paysages de montagne aux lacs turquoises, ciel pur et grands espaces.

Le lac Wanaka:

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

A Wanaka nous retrouvons des amis rencontrés aux Fiji, Rob et Margie. Comme tous les kiwis que nous connaissons ils sont de fervents amoureux de la nature, la vie au grand air, le jardinage, les randonnées, le ski…

Ils constatent le phénoménal développement touristique de leur région mais ne s’en plaignent pas: depuis que leurs enfants sont partis vivre à Auckland et Wellington ils passent six mois par an sur leur bateau. Cependant ils regrettent l’époque où on pouvait boire l’eau des rivières alors que maintenant entre les vaches qui adorent se baigner et les campeurs qui n’ont pas de toilettes …

ROADTRIP

Belle randonnée vers le glacier Rob Roy.

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

L’herbe a jauni, les premières neiges couvrent les sommets, lacs et rivières se bordent aux couleurs d’automne…

ROADTRIP
ROADTRIP

Le lac Pukaiki :

ROADTRIP

Grimpette au Mont Aoraki par mauvais temps, lac glaciaire, herbe jaune orangée, le tussock, qui prend des couleurs plus intenses sous la pluie…

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

Quand le ciel se dégage pour coucher le soleil :

ROADTRIP
ROADTRIP

Le lac Tekapo :

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

Région de l’Otago, en allant vers l’Est: vastes étendues au climat plus sec. Le thym pousse sur des collines dénudées. Région de vergers et vignobles. Les prairies sont arrosées par d’immenses rampes tournantes. Chaque village propose ses vestiges de la ruée vers l’or qui au milieu du XIX° siècle a attiré les européens:

ROADTRIP
ROADTRIP

Fondée par des migrants écossais presbytériens, la ville de Dunedin, Edimbourg en gaélique, avec son port de commerce, Port Chalmer, s’est développée à l'époque de la découverte de l’or dans l’Otago.

Cette grande ville universitaire avec ses vieilles demeures écossaises, ses rues en pente comme à San Francisco, le tramway, les bistrots remplis de jeunes et ses jardins, nous a bien plu .

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

La ville est située au fond de la Baie d’Otago, un ancien cratère bordé par la Péninsule d’Otago. Le bout de la Péninsule est sauvage, on y voit des otaries à fourrure, des gorfous aux yeux jaunes et des albatros royaux qui nichent dans les falaises. En théorie on voit cela…En ce qui nous concerne nous ne verrons pas de pingouins , ce n’est pas la saison, ni d’albatros au nid, il y trop de brouillard ou pas assez de vent, et surtout nous nous sommes coincés dans un circuit organisé qui autorise à regarder quelques minutes à travers des vitres teintés un lointain jeune albatros qui pourrait être en carton. Le genre d’attrape-nigauds qui peut vous faire détester la Nouvelle Zélande! Cela n’empêche, hors circuit nous contemplerons émerveillés le vol des albatros dans le brouillard au-dessus de la mer, une ambiance mers australes à quelques pas de la voiture. L’albatros royal, qui ne niche qu’en Nouvelle Zélande, est gigantesque: un mètre vingt de corps, trois mètres ou plus d’envergure…

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

Vers le Sud Est, la côte des Catlins, plages de surfeurs et otaries.

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

On arrive au bout du bout de la Nouvelle Zélande, le port de Bluff.

ROADTRIP
ROADTRIP

Destination peu touristique si ce n’est pour embarquer vers l’ile Stewart. Ambiance ville de pêcheurs, actifs ou retraités, un peu vieillotte…

 

ROADTRIP
ROADTRIP

Pêche au casier: langoustes, blue cod…

ROADTRIP

Milford Sound, seul fjord accessible par la route. Un décor grandiose. Nous comptons explorer les autres fjords avec Kauana, l'été prochain.

ROADTRIP
ROADTRIP

Balade au Summit Key :

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

Mousses colorées, fondrières, notofagus torturés, on se croirait en Patagonie…Une Patagonie apprivoisée, avec des chemins tracés et des petits ponts pour enjamber les ruisseaux…

Retour de rando, les kéas nous attendent sur le parking: perroquets alpins, verts avec du rouge sous les ailes, curieux et peu farouches ils sont considérés comme les animaux les plus intelligents du monde! Partout des panneaux précisent qu’il ne faut pas leur donner à manger, de peur qu’ils deviennent dépendants de la générosité des touristes et ne sachent plus se nourrir dans la forêt. Celui-là ne cherche pas à manger mais à nous montrer ses compétences…

ROADTRIP
ROADTRIP

A Te Anau on visite un parc pour oiseaux très bien fait. On assiste au nourrissage des Takahe, genre de grosses poules bleues à bec rouge réintroduites avec succès dans la région alors que cette espèce endémique était en voie de disparition…

ROADTRIP

Retour vers Nelson en passant par Christchurch et la Péninsule Banks. Région agricole, viticulture et élevage en tous genres : vaches laitières, daims, moutons, cochons…Des troupeaux de cinq à six cent bêtes qui vivent dehors toute l’année et ne sont rassemblés, par les chiens, que pour la traite, la tonte ou le pesage…

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

La ville de Christchurch est en reconstruction après le tremblement de terre de 2011. La Péninsule de Banks, qui a vu au XIX° une tentative de colonisation française mêlant baleiniers, évêques et barons de Louis Philippe, n’a gardé de cette épisode que quelques noms de rue et une étiquette « french touch » qui amuse les touristes à Akaroa.

Vaste plaine alluvionnaire, refuge des oiseaux:

ROADTRIP

Des spatules avec leur large bec qui ressemble à une batte de baseball :

ROADTRIP
ROADTRIP

Le pigeon de Nouvelle Zélande :

ROADTRIP

Un vanneau à bec jaune :

ROADTRIP

La Summit Road qui sillonne la Péninsule est magnifique :

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

Une dernière randonnée à Lewis Pass:

ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP
ROADTRIP

qui se conclue avec un bain japonais dans les eaux sulfureuses de la Maruia River :

 

ROADTRIP
ROADTRIP

Joyeuses Pâques à tous!

24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 08:28

 GALERIE MARLBOROUGH        .

Il fait trop beau pour ne pas aller explorer quelques mouillages du Marlborough sound avant que les cigales se taisent. On laisse la voiture et on reprend le bateau.

Baie de Port Hardy sur l'ile Durville:

MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND

Avec une superbe vue sur le Marlborough sound

MARLBOROUGH SOUND

La pêche est bonne: King fish, snapers, blue cod...Les moules sont abondantes.

MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND

Un phoque qui bagarre pour avaler un poulpe:

MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND

French Pass qui marque l'entrée dans le Marlborough Sound, un dédale d'iles et presqu'iles boisées, déboisées ...De beaux paysages:

MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
MARLBOROUGH SOUND
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 07:51

GALERIE FAREWELL                 .

 

Ballade vers Golden Bay et le Cap Farewell, la pointe extrême Nord Ouest de l'ile du Sud.

FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT

La Golden Bay est bordée par une longue dune, 25 kms, paradis des oiseaux de mer.

FAREWELL SPIT

Nous y marchons des heures, dans le vent le sable et les embruns, l'atmosphère au milieu des ces oiseaux est féérique...

FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT

Côté Golden Bay des centaines de cygnes noirs. Importés d'Australie à l'origine, ils se sont bien multipliés. A marée haute ils remontent contre le vent...

FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT

C'est dans cette baie très peu profonde que sont venues s'échouer il y a quelques semaines. plus de quatre cent baleines. Il s'agissait plus exactement de globicéphales. L'émotion a parcouru le monde entier,  une centaine ont été repoussés vers la mer, les autres ont été enfouies. Deux cent autres sont venues à nouveau s'échouer, elles ont été repoussées avec succés. C'est un phénomène connu mais qu'on ne s'explique pas. Pour des raisons mystérieuses elles perdent leur sens de la navigation en entrant dans la baie...

  On rencontre encore de-ci de-là quelque globi échoué dans un recoin de plage.

FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT

Baleines et lions de mer ici aussi...Finalement les jouets en bois c'est plus poétique!

FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
FAREWELL SPIT
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 05:05

Sur l'ile du Sud depuis un mois...

On garde  le chaud souvenir de nos amis restés en Baie des Iles.

Petite vidéo de la soirée d'adieux à bord de Kauana avec Sean Sabine John Patrick Anna Laurent Shu-in et tous les bateaux au mouillage qui partageaient  l'ambiance:

Route par le Nord puis la mer de Tasmanie. On passe le cap Nord et le cap Reinga avec peu de vent mais un courant de 2 à 3 noeuds favorable, puis une petite brise nous porte presque jusqu'à l'arrivée à Nelson.

Passés sur l'ile du Sud

Accueil chaleureux dans la marina de Nelson. On y retrouve nos amis Tom et Vicky de Sunstone rencontrés au Japon puis en Alaska, Clément rencontré au Vanuatu. Deux autres bateaux français sont là, prêts à repartir vers le Nord. On fait connaissance de la petite communauté franco suisse de Nelson..tous des gens heureux de leur vie dans cette petite ville dite "la plus ensoleillée de la Nouvelle Zélande". Plus british que maori, mais surtout très cosmopolite.

 

Passés sur l'ile du Sud
Passés sur l'ile du Sud

La marina nous confirme que Kauana pourra rester ici en hiver.

Partis pour louer une voiture nous revenons avec une superbe Toyota achetée à deux jeunes américains  en train d'écrire " For sale " sur leur pare brise. Fin du voyage pour eux, ils la revendent telle qu'ils l'ont achetée six mois auparavant, toute équipée pour le camping. Elle en est à son dixième propriétaire, elle a des sistership sur tous les parkings, elle a déjà sillonné toute la Nouvelle Zélande, pas besoin de lui dire où aller!  Nous voici parés pour le road-trip sur l'ile du Sud!

Passés sur l'ile du Sud

Pour tester la voiture, le matelas, les chaussures on part se balader autour des lacs de Nelson..On se retrouve dans la communauté des backpackers, ça change des voileux!

Passés sur l'ile du Sud
Passés sur l'ile du Sud
Passés sur l'ile du Sud

Seule ombre au tableau : les sand-flies. Aie aie aie! ces minuscules insectes plus nombreux et plus agressifs que les nonos des Marquises peuvent vous gâcher la vie au paradis!

16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 09:22

GALERIE PHOTOS                    .

Après deux mois d’absence nous voici de nouveau à bord de Kauana sur corps-mort à Opua, Baie des Iles. Nous avons retrouvé un bateau sagement transformé en perchoir à hirondelles et pouponnière à bernicles. La coque était si sale qu’après avoir paré au plus pressé en débouchant les trous d’évacuation nous avons confié le carénage à un plongeur.

C’est encore l’été en Nouvelle Zélande, les vacances; même si l’eau est un peu froide à mon goût pour se baigner, il fait beau et chaud.

Le Nord de l'ile du Nord

Russell, station balnéaire animée :

Le Nord de l'ile du Nord

Vignoble très soigné :

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

Les cigales chantent et les boites aux lettres prennent des formes originales:

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

En ces derniers jours de vacances on célèbre la signature du Traité de Waitangi qui en 1840 unit le destin des Maoris à celui de l’Angleterre…

Waitangi c’est juste à côté, il y a beaucoup de monde pour les festivités, nous partons en balade en voiture vers le Nord.

Paysages agricoles, pâtures à vaches et moutons ont remplacé les forêts.

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

Une sécheresse dramatique sévit tous les étés depuis cinq ans, l’eau est rationnée et des camions citernes alimentent les iles particulièrement touchées.

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

Le Cap Reinga, la pointe extrême Nord de la Nouvelle Zélande : les maoris y situaient le point d’envol des âmes des morts vers l’Hawaiki, le pays des ancêtres. A gauche la Mer de Tasmanie, à droite l’Océan Pacifique, zone de fortes turbulences.

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

La Ninety Mile Beach qui se parcourt en voiture sur 88 kms.

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

L’ultime forêt de kauris de Waipoua. On y voit des kauris géants millénaires. Magnifiques arbres au tronc rectiligne couronné d’un bouquet de branches feuillues.

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

Tane Mahuta le « Seigneur de la forêt », 51 m de haut, 4,4 m de diamètre, 13 m 80 de large. Tané est venéré par les maoris comme le dieu des créatures vivantes.

Le Nord de l'ile du Nord

Te Matua Ngahere, le « Père de la forêt », 30 m de haut, 16 m de large, 2000 ans d’âge.

Le Nord de l'ile du Nord

Nous nous sommes promenés dans cette forêt en fin d’après-midi.

Après un passage sur un tapis désinfectant afin de ne pas propager un parasite nocif on marche sur des passerelles en bois destinées à préserver les racines des arbres, une immense voûte végétale au-dessus de nos têtes, les derniers rayons de soleil éclairent les plus hautes branches, des froufrous d’oiseaux percent le silence, ce sont des fantails, petits oiseaux très rapides avec une queue blanche en éventail qui se détache sur le feuillage vert…

Le Nord de l'ile du Nord

Avant l’arrivée des colons au début du XIX° siècle la forêt recouvrait 12 000 Km2, aujourd’hui il en reste moins de 500 km2. L’exploitation du bois et surtout l’élevage ont engendré une déforestation dramatique qui n’a pris fin que dans les années 80. Une prise de conscience écologique a alors rendu aux kauris le respect que leur portaient les maoris.

Ces conifères aux troncs rectilignes étaient recherchés pour la construction navale, mais aussi les charpentes, les clôtures, les ponts, les tonneaux. Le barrage de Great Barrier a nécessité 3000 arbres.

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

La résine était utilisée comme combustible puis en ébénisterie comme vernis. Fossilisée ell constitue un ambre jaune apprécié en joaillerie.

Le Nord de l'ile du Nord

On apprend tout cela en visitant le Kauri Museum de Matakohe. Beau musée malheureusement plus dédié aux prouesses des colons bûcherons qu’à la célébration des ces arbres, vénérables dieux de la nature.

Le Nord de l'ile du Nord

Reconstitution assez kitsch de l’époque pionnière :

 

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

Tane Mahuta est jumelé avec Jōmon-sugi de Yakushima, le plus vieux yakusugi du Japon.On se prend à regretter l’ambiance respectueuse du musée de Yakushima. Il faut dire que les yakusugi ne pouvaient être coupés que sur décret de l’empereur...

Depuis notre retour Rémi souffre d’un mal au dos qui remettait en question nos projets de navigation. Un sympathique voisin de mouillage qu’on connaissait surtout pour ses talents de musicien, Sean l’Irlandais, l’a remis en forme en un tour de mains…et quelques aiguilles dans les oreilles. Merci Sean !

Le Nord de l'ile du Nord
Le Nord de l'ile du Nord

Ca va mieux aussi pour les agriculteurs : il pleut des cordes depuis deux jours!

Encore une séance de remise en forme pour Rémi, une soirée d’adieux et nous espérons partir vers le Sud en fin de semaine ...

7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 10:39

GALERIE PHOTOS............

POSITION.........

Ambiance accueillante au Cruising Club d’Opua.

Tour-du-mondistes ou régatiers de la baie,  un monde de navigateurs  qui ne manquent pas d’histoires à raconter, on fait des rencontres sympas….Parfums d’océan qui se mêlent au jasmin, mimosas, et chèvrefeuille le long du sentier côtier. En  buvant une bière on grignote des fraises…

Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
 
Jolies balades à pied autour de la baie.
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux

Il est agréable de se sentir bienvenu quelque part, non seulement bienvenu mais compris. A Opua tout est prévu pour accueillir les navigateurs, tout fonctionne, l’entraide est la règle, ceux qui vivent à terre maintenant sont arrivés un jour par la mer. Des membres du club laissent leur voiture à disposition des navigateurs pour aller faire des courses à Kerikeri la ville la plus proche. Blablacar  et Uber semblent être nés ici.

Un tour à Wangharei, pour voir si on pourrait y laisser le bateau en hiver...c'est  une  base nautique réputée, située assez loin dans les terres.

A l’intérieur une campagne vallonnée, essentiellement consacrée à l’élevage bovin. La Chine est le gros client de la Nouvelle Zélande en produits laitiers.

Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux

Nous partons à la découverte de la Baie des iles avant l’invasion touristique qu’on nous annonce pour Décembre et Janvier.

Des mouillages tous plus beaux les uns que les autres.

Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux

Randos sur les sommets, tout est balisé, là-aussi on se sent bienvenu, des sièges nous attendent pour admirer le paysage et causer avec les tui.

Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux

Oiseaux pas farouches du tout, qu’on voit partout, leur chant ressemble aux sons d’un robot-jouet, incongru dans cette nature intègre.

Des perruches très colorées, les kakariki.

Mon jardinier est heureux

Rémi pêche des snappers….taille minimum à respecter : 30 cm, on nous a fourni la règle à notre arrivée. Plus petit on doit relâcher le poisson..en espérant qu'il ne soit pas mort.

Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux

Rencontres amusantes avec les pêcheurs, pêche sportive. Simon évoque ses souvenirs de la Whitbread, d'Alain Gabbay, de l'accueil festif à La Trinité, de s’être fait recoudre par Jean Le Rouzic...Un des nombreux marins que Jean aura soignés.

Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
 

On cueille les huitres comme des fraises, en un quart d’heure le seau est plein.

Mon jardinier est heureux

Retour sur notre corps-mort à Opua. Les voiliers arrivent par dizaines de Tonga, Fidji, Auckland, Nouméa..La douane ne chôme pas, la marina se remplit, le bar du club est bien animé, une grande foire est organisée par les artisans et commerçants du nautisme avec barbeque, bière, musique…ça sent plus la saucisse grillée que le mimosas, nous repartons vers le Nord, les iles Cavalli et la baie de Wangharoa.

Très beau décor d’ilots et falaises, balades dans les sous-bois de fougères arborescentes, les huîtres sont encore meilleures.

Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux

On rencontre une diversité d’arbres et arbustes qui nous fait voyager sous toutes les latitudes. Palmiers phoénix et mimosas de la Côte d’Azur, azalées et hortensias de Bretagne, notofagus de Patagonie et fougères du Japon…Mon jardinier est heureux, tout pousse, tout se plait dans cette terre arrosée qui ne connaît pas le gel. Des impatiens géantes tapissent les talus, les agapanthes explosent de santé , un arbre magnifique commence sa floraison, le Pohutukawa. : il devient rouge par bouquets de branche, c’est l’arbre de Noël.

Mon jardinier est heureux
Mon jardinier est heureux

On rencontre aussi beaucoup de jeunes voyageurs de tous pays sac à dos. Eux aussi se sentent bienvenus et sont enthoutiastes. Avec un Smartphone le backpacker se débrouille vite pour trouver un logement, du travail, un moyen de transport..tout cela dans des paysages magnifiques avec des gens très gentils..

Mon jardinier est heureux

Efficacité du système : appel chez un dermato de Wangharei pour un check-up de routine. Je ressors en fin de journée avec quinze points de suture, un petit bout en moins et une greffe de plus.  Et une semaine de doutes à me demander si ce n’était pas folie de me mettre entre les mains  d’un inconnu…surtout quand à chaque instant quelqu’un me dit «  Oh my god ! qu’est-ce qui t’est arrivé ? »

Nous sommes à l’aéroport d’Auckland, on m’a enlevé les points ce matin, j’ai trente heures de voyage et six semaines en France pour oublier ce mauvais passage.

Nous avons laissé Kauana sur un corps-mort en face du Cruising Club sous la bonne garde de Cameron qui tient une boutique d’électronique marine et nous a loué le corps mort.

8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 03:23

POSITION.......

Arrivés à Opua, Baie des Iles, au Nord de la Nouvelle Zélande.

Une traversée qui nous a fait sortir toute la garde-robe de Kauana et très mal ruser avec les courants. Très peu de vent les deux premiers jours: geenaker et moteur, puis voiles en ciseaux. Passage d’un front non prévu qui entraine notre sweet-home dans des surfs à plus de 15 nœuds ; suivi de 48 heures au près serré.  il nous a fallu réduire pour arriver de jour à Opua.

Frog chez Kiwi
Frog chez Kiwi

Baie des iles, le calme

Frog chez Kiwi
Frog chez Kiwi

Opua, ponton de la quarantine.

Frog chez Kiwi
Frog chez Kiwi

Passage aux douanes et aux services de biosécurité, à la réputation carnassière. Tels les chercheuses de poux «  avec de frêles doigts aux ongles argentins » les officiels nous passent au peigne fin, pour finalement ne trouver qu’un bocal de saumon et une bombe anti-ours, restes d’Alaska, qui pourraient menacer l’intégrité du sol Néo-Zélandais.

Un coup de vent a suivi notre arrivée, un nouveau est prévu, nous restons deux jours à la marina. Mais là aussi on veut nous « checker » : inspection des toilettes, de l’installation électrique…Avant qu’on demande une inspection de nos carcasses nous cherchons un  corps mort à l’extérieur de la marina…

Bon côté des choses pour nos premières 48 heures chez les Kiwis : les huîtres sont délicieuses…